Abandon de Windows 10 au profit de Fedora 23

Soumis par -badmin- le mar 09/02/2016 - 01:33

J'aime Windows ! J'aime Linux ! J'aime même BSD !

Mes PC personnels ont toujours tourné sous Windows, et ce depuis Windows 2.03 (oui !). J'ai eu testé plusieurs fois des distributions linux de bureau (Redhat 7.2, Mandrake 10, Fedora 7), mais je suis toujours revenu sous Windows, laissant linux là ou est sa meilleure place, en tant que serveur.

Mais avec l'arrivée de Windows 10, son indiscrétion face à la vie privée, son menu démarrer programmé probablement pour supprimer toute forme de productivité car prennant les utilisateurs pour des novices, cortana, les mises à jour sans autorisation, cela en est trop !

Et point trop n'en faut, je me suis de nouveau lancé dans l'aventure d'un bureau Linux.
Certes, certains de mes programmes ne tourneront jamais sous Linux et je garde chaleureusement un Windows sous le coude, mais j'avais envie de voir s'il y avait du nouveau, du révolutionnaire, bref, de quoi rendre linux utilisable pour le bureau commun.

Retours à mes premiers amours... Redhat !

Après avoir téléchargé une belle image ISO de Fedora 23 et copié celle-ci sur mon fidèle disque externe Zalman ZM-300 avec émulation de CD bootable, je me suis lancé dans l'installation.
Tout s'est passé sans encombre, je garde l'option Windows dans le gestionnaire de boot Grub2.

Mais alors qu'il y a quelques années j'avais eu un frisson d'horreur en voyant la nouvelle interface Gnome 3, je me suis aperçu que celle-ci n'est toujours pas faite pour la productivité elle non plus. Exit les icônes sur le bureau, exit un menu démarrer avec accès à toutes ces petites applications qui ne seront jamais sur la page favoris, exit la possibilité de taper aisément des chemins réseaux dans le nautilus.

Ayant un bureau Cinnamon sur mon pc de salon qui me satisfait pleinement pour les quelques usages que j'en ai (le temps de lancer Kodi ou d'aller sur youtube), j'ai ajouté Cinnamon sur mon installation de Fedora.
Je pense ici qu'autant les paquets Gnome sont murement testés par l'équipe de développeurs Fedora, autant ceux qui constituent Cinnamon ne doivent pas bénéficier de ce traitement de faveur.
Le pavé numérique dont le clic gauche ne fonctionne pas un coup sur dix, résolu après passage par forums dédiés, et surtout, une fuite mémoire extraordinaire qui semble être de la partie depuis quelques versions. Au bout d'un jour et demi sans redémarrage, j'avais bien bon 2Go de mémoire mangés par Cinnamon qui ne cessait de s'alimenter encore et encore de ma précieuse RAM.

Après quelques jours désastreux avec Cinnamon, je me tourne donc vers XFCE. Réputé stable, léger, celui-ci ne consomme presque rien et s'avère rapide. Mais, une fois de plus, paquets moins testés que Gnome, Thunar le gestionnaire de fichiers de XFCE plante très souvent, spécialement lorsqu'on exécute une opération aussi simple que renommer un fichier. Rapide passage par Bugzilla, le bug est connu depuis novembre 2015, mais toujours pas de paquets. D'accord, je peux chercher le fix sur github, compiler, installer, etc...

Je me lance donc sur LXDE. Extrêmement léger, rapide, efficace après un peu de configuration de personnalisation.
Je regrette cependant l'absence de fonctionnalités comme l'agrandissement de fenetres automatique lorsqu'on les déplace sur le bord de l'écran. Je finis par utiliser le window manager de XFCE sous LXDE... Personnalisation sur personnalisation, ce bureau est rapide, mais sent beaucoup trop le Windows 98 à mon goût.

Enfin, je réinstalle totalement mon Fedora (oui, quatre gestionnaires de fichiers, douze calculatrices et cinq moniteurs de ressources ca fait trop de logiciels à mon goût). Je retente Gnome avec les gnome-tweaking tools.
J'autorise les icones sur le bureau, transforme l'infâme menu type interface tactile en menu classique, opte pour quelques greffons afin de connaître l'usage CPU/RAM/HDD... Ca devient potable.
Je regrette l'absence de saisie de chemins directement dans nautilus (oui, il y a le raccourci CTRL+L mais avouez qu'un clic sous Windows 7+ c'est pratique)...
Je commence à pouvoir vivre avec Gnome, au moins cela reste stable bien que consommateur de ressources mémoire.

Voilà. Cela fait un mois et demi que je n'ai pas posé les yeux sur un écran Windows sur mon portable. Et je dois dire que c'est presque jouable. Photoshop me manque et c'est pas The Gimp qui va me konsoler !